You are here

Le pétrole toujours une valeur fiable en bourse

Le pétrole toujours une valeur fiable en bourse
En cette période de blocages français des sites pétroliers, se retrouver sans essence rappelle combien cette ressource est un pilier industriel économique contemporain en attendant la mise en place de l’ère de transition énergétique.

La peur de manquer de pétrole rappelle la valeur sure de cette matière première :

Le risque de pénurie d’essence en ce mois de mai 2016 affole la population qui se rue sur les stations d’essence. Avec cette entrée des routiers et réseau de raffinerie dans le conflit qui oppose le gouvernement et les partenaires sociaux depuis le mois de mars 2016, l’économie du pays risque sérieusement de se retrouver entravée.

Actuellement les systèmes de chauffage et de climatisation reposent à 70 % sur les énergies fossiles  autant qu’en matière de transport. C’est ainsi que la France se voit dans l’obligation d’importer près de 95% de pétrole brut consommé. Cette huile minérale volatile aux composés organiques couvre en effet 32% des besoins énergétiques français. De ce fait, sont crées des sites de stockage pétroliers, autant brut que de produits raffinés, pour faire face aux crises d’envergure en cas de force majeure naturelle, internationale ou intrinsèque afin de continuer à approvisionner au mieux les acteurs majeurs de l’économie. Il s’agit là de 17,7 millions de tonnes de réserve stratégiques stockées.

Ces éléments permettent de raviver le débat autour de la dépendance persistance aux combustibles fossiles qui permettent de rassurer les investisseurs afin de continuer à trader et investir sur le pétrole. Cependant il semble évident que la réduction des gaz a effet de serre devient une priorité face aux enjeux de dérèglement climatique. Préserver les intérêts mondiaux parfois contradictoire est une logique non négligeable passant parfois par le captage des déchets pour envisager une démarche éco responsable.

Le captage et stockage de carbone émis par l’énergie des hydrocarbures :

Selon les estimations, un baril, après raffinage et combustion du pétrole, serait à l’origine d’environ 300 kg de CO2. Aussi l’idée d’extraire cette matière pour la capter et la stocker peut paraitre séduisante à première vue. Cette mesure en est encore au stade d’exploitation primitive et les risques méconnus en grande partie car il semble encore difficile d’établir avec certitude un stockage fiable et permanent. Aussi est il nécessaire d’effectuer des recherches et de s’allier entre pays soucieux des enjeux économiques et environnementaux afin de satisfaire tous les partenaires et acteurs su système.

C’est le choix qu’a fait une trentaine de pays engagés auprès de l’Agence Internationale de l’énergie dont les Etats Unis.

La recherche d’approvisionnement fiable et suffisant en faveur de l’environnement

Les Etats Unis sont co-signataires de la Charte de promotion des économies énergétiques durables qui soutiennent la croissance économique et la protection de l’environnement en limitant l’émission de gaz à effet de serre. Et pourtant la production du pétrole par les Etats-Unis est devenue en 2014 la principale ressource mondiale selon le classement établi par les statistiques annuelles de BP soit 1 million de baril journaliers. Cette propension a été la conséquence directe de l’exploitation des hydrocarbures de schiste via le forage horizontal en œuvre depuis les années 2000 permettant d’accroitre la rentabilité des puits, d’envisager une utilisation optimale des ressources tout en sachant rassurer les consommateurs sur le processus d’innovation, la gestion des risques, le déploiement rapide de procédés industriels et de recyclage des déchets.

Top
  • comparatif aspirateur
  • taux livret a
  • Piscine
  • Guillotine
  • Ceinture
  • Climatiseur