You are here

Quels sont les différents tests ADN existants

C’est en 1985 que Lord Alec Jeffreys, docteur en génétique britannique, découvrit la méthode d’identification par l’ADN, qui fut commercialisée dès 1987. Cela a révolutionné bon nombre de domaines, dont les plus connus sont l’identification de criminels et la recherche de paternité. A l’heure actuelle, il existe un grand nombre de tests ADN pour permettre d’établir une filiation ou faire des recherches génétiques. On distingue :

Les tests ADN familiaux :

Ils concernent la recherche de paternité, maternité et parenté en général : grands-parents, oncles et tantes, frères et sœurs.

  • Le test de paternité est le plus connu ; c’est un test fiable qui permet de lever les doutes sur une filiation. L’analyse ADN est effectuée sur une vingtaine de marqueurs génétiques.  Il en existe deux types : le test informatif et le test légal. Le premier est effectué par la famille, qui peut commander un kit complet et prélever les échantillons à la maison. Il n’est même pas nécessaire de disposer d’un échantillon ADN de la mère, ceux du père biologique présumé et de l’enfant sont suffisants. Contrairement au test légal, ce test ADN n’a aucune valeur juridique puisqu’il est effectué sans témoin et ne suit pas la procédure dite « chaîne de garde ». Si on souhaite utiliser les résultats du test devant un tribunal, il faudra donc saisir la justice qui ordonnera la présence d’une tierce personne neutre lors des prélèvements sur les donneurs.
  • Le test de maternité : il peut s’avérer utile pour identifier la mère, dans les cas d’enlèvement d’enfant ou de suspicion d’échange à la naissance, de fécondation in vitro ou de recherche de parents biologiques par des enfants adoptés ou orphelins.
  • Les tests de parenté : en cas d’absence de l’un ou des deux parents, il est possible d’établir une relation biologique en faisant le test avec les grands-parents ou les oncles et tantes. Dans ces cas, seul un quart des gènes a été transmis à l’enfant et il peut être difficile de prouver la filiation. On peut augmenter les chances en rajoutant les échantillons des deux grands-parents et si possible, celui de la mère ou du père biologique. Dans le cas de tests ADN sur des frères et sœurs, il sera seulement possible de déterminer si l’un d’eux a un lien avec le ou les autres. L’ajout d’un prélèvement de la mère donnera plus de certitudes sur l’existence d’un géniteur commun à la fratrie.

Les tests ADN prénataux

Il est également possible d’effectuer des tests d’adn paternité avant même la naissance de l’enfant. Ils répondent à plusieurs préoccupations :

  • Prouver la filiation avec le père biologique présumé : de simples échantillons du sang de la mère et de la salive du père suffisent pour faire le test.
  • Mettre en évidence des maladies génétiques, telles la Trisomie 21 ou les maladies associées au chromosome X. Cette méthode de dépistage non invasive ne présente pas de risques contrairement aux prélèvements de liquide amniotique. Le test sera également utilisé pour déterminer le Rhésus du fœtus et ainsi se prémunir contre d’éventuelles complications si la mère est de Rhésus négatif.
  • Connaître le sexe de l’enfant : que ce soit par pure curiosité ou plus fréquemment pour s’assurer que le fœtus n’est pas porteur d’une anomalie génétique léguée par ses ancêtres et liée à son sexe.

Laisser un commentaire

CAPTCHA


Top
  • comparatif aspirateur
  • taux livret a
  • Piscine
  • Guillotine
  • Ceinture
  • Climatiseur
  • meilleur aspirateur Dyson
  • meilleure enceinte bluetooth
  • bitcoin