Le pourcentage d’enfants qui ne sont pas de leur vrai père

Le pourcentage d’enfants qui ne sont pas de leur vrai père

Partout où vous allez, vous allez entendre toujours la même question : combien d’enfants ne sont pas du père qui les élève ? Aussi bien dans les conversations entre collègues qu’avec des amis, tout le monde a un chiffre à proposer pour répondre à cette épineuse question. Mais la plupart du temps, le taux que chacun avance tourne autour de 30 %. Pourquoi ce chiffre qui donne le frisson aux hommes en âge de procréer, et notamment aux pères de famille ? Nul ne le sait, mais il semble que le corps médical lui-même abonde dans ce sens. D’ailleurs, le célèbre Docteur House l’a annoncé dans un épisode de cette passionnante série. Quelques médecins ont même dit sous couvert d’anonymat que ce pourcentage est évoqué dans les cours à l’université. D’autre part, le fameux urgentiste Patrick Pelloux a récemment donné le chiffre de 40 % en réponse à cette question. Il serait par conséquent intéressant de chercher des sources fiables et scientifiquement reconnues pour s’assurer de l’exactitude de ces pourcentages qui semblent, à première vue, irréalistes. Le premier réflexe est donc de se tourner vers les laboratoires qui pratiquent le test de paternité. En effet, en France, les parents qui souhaitent faire test sont obligés par la loi de s’adresser à un laboratoire agréé. Il est donc normal de recourir à ces derniers si on souhaite avoir davantage de précision sur ce point. Selon une étude datant de 2005 et qui a fait l’objet d’une publication dans une revue scientifique, ce pourcentage varie entre 13 % et 53 %, soit une moyenne de 30 %. Ce qui semble confirmer les informations véhiculées par le bouche à oreille.

La nécessité de creuser d’autres sources que le test de paternité

De nos jours, le test de paternité constitue un moyen fiable pour déterminer si un enfant est bien celui du père qui l’élève. Et les résultats de ce test adn sont sûrs à plus de 99 %. Cependant, il est indispensable de suivre une longue procédure avant d’obtenir une ordonnance du juge autorisant à pratiquer le test. Dans certains cas, il faut attendre plusieurs années et dépenser une somme conséquente pour les frais de justice pour pouvoir réaliser un test ADN. Les parents impatients contournent donc ce moyen légal et se tournent directement vers les laboratoires étrangers pour effectuer le test adn. Il suffit d’ailleurs de passer commande sur Internet pour recevoir par courrier le kit destiné à prélever les échantillons. Une fois cette étape franchie, on renvoie le tout au laboratoire et on obtient les résultats au bout d’une dizaine de jours. Par conséquent, les chiffres donnés par les laboratoires habilités pour faire le test de paternité ne peuvent refléter la réalité. En effet, ils ne concernent que les parents qui ont suivi les procédures et qui se sont conformés à la législation en vigueur. Et s’ils savent comment faire un test de paternité, c’est certainement parce qu’ils avaient un doute au départ. D’autre part, si une mère n’est pas certaine que son mari ou son compagnon ne soit pas le père de son enfant, elle va chercher tous les moyens pour éviter de faire le test de paternité !

Les autres sources d’information

Pour avoir d’autres informations, il est également possible de chercher du côté des personnes qui pratiquent un test dans prénatal dans l’optique du conseil génétique. À titre de rappel, il s’agit de déterminer les risques que l’enfant qui va naître développe une maladie génétique qui touche déjà un membre de sa famille. Et à partir de ce test, on arrive à avoir un pourcentage de 1 à 3 % d’enfants qui ne sont pas de leurs pères, un chiffre un peu plus raisonnable.

Top
  • comparatif aspirateur
  • taux livret a
  • Piscine
  • Guillotine
  • Ceinture
  • Climatiseur